Printemps des vins dans le médoc 2015: Saint-Estephe

Week end du 29 Mars 2015:  Printemps des vins dans le médoc

Une cinquantaine de châteaux ouvraient leurs portes à cette occasion.Je choisissais de me rendre dans l’appellation Saint Estephe.

  • Je commençais de fort belle manière avec le Château COS LABORY 5 ème GCC ST ESTEPHE, voisin du magnifique COS D’ESTOURNEL 2 ème GCC.

Cette propriété fait 18 hectares avec 35 % de merlot 65 % de Cabernet sauvignon et  5 % de Cabernet franc.

L’élevage se fait à raison d’un roulement annuel de barriques neuves pour moitié. C’est une exploitation familiale, trois frères sont derrières .

IMG_3747 - copie
Commencons par le second vin (produit seulement depuis 1994)

CHARMES DE COS LABORY 2012

Le nez était animal, précieux …pour moi cela signifie cabernet sauvignon de qualité et en dominante. Ensuite les fruits prennent le relais rapidement. Je ne connais pas l’assemblage mais je dirai 60 /40. ( Edit: et c’est effectivement le cas!)

On ressent de la verdure ensuite. En bouche cette sensation de jeunesse est confirmée. L’attaque n’en demeure pas moins élégante. C’est distingué et le temps magnifiera cela. Les tanins sont légèrement râpeux. Pour autant, la finale reste fraiche.

CHARMES DE COS LABORY 2010:

Le coté animal , précieux prend le dessus. Les fruits apparaissent par la suite mais de manière moins forte que sur le 2012 . Là encore je en connais pas l’assemblage mais je dirai 70 Cs / 30M. ( Edit: tout juste!)  On a une belle bouche, mais avec encore un peu de temps devant elle.

Château  COS LABORY 2011

Je retrouve le meme nez qu’avec les seconds, mais de manière un peu moins affirmé. Il y’a quelque chose d’autre.

En bouche c’est tès aérien, équilibré, élégant . C’est vraiment un très beau mariage d’assemblage. Serait ce le cabernet Franc qui confère à ce vin cette envolée?

La bouche est légèrement velouté, un peu jeune encore et pourtant on a encore cette sensation de fraicheur en finale. Les tanins se fondent de manière délicate. Un grand vin dans quelques années.

Château COS LABORY 2009

Là encore le même nez à peu de choses pres: il y’a dans cette propriété un « style » que les initiés pourront reconnaitre. Belle subtilité du fruit dans la « classe ».Bouche assez fondue, je m’y retrouve!

Pronostic de l’assemblage 55 CS 30 M 15 CF

réalité: 60/35/5

 

  • Il y’avait également le Domaine ANDRON BLANQUET , situé à 500 mètres de Cos LABORY.

Le ANDRON BLANQUET 2011 a un nez plus porté sur le fruit que sur l’élégance, qui apparait après.
L’attaque est fraiche,le milieu doux , puis viennent les tanins rapeux et la finale verte. Là encore une touche de « frais » apparait sur la fin.

Le ANDRON BLANQUET 2007 a un nez différent/ fruité et « tourbé ». C’est assez intense.
La bouche est plus ronde, dans le sens du vin. En bouche tout ce que j’ai senti s’y retrouve mais de manière très fondue. Je reconnais ce gout de St-Estephe si caractéristique. La finale est un peu râpeuse, mais j’ai souvent cette impression sur les 2007. Ils ont du temps devant eux.

Le ANDRON BLANQUET 2003 a un nez dans le même style que le 2007 mais en plus fin, en plus fondu.
La bouche est fluide mais râpeuse. Il a lui aussi encore du temps.

  • Je poursuivais non loin de là avec le Château LE CROCK cru bourgeois St-Estephe.

La propriété fait 32ha et est située entre Montrose et Cos d’Estournel,ce qui veut dire  entre les seconds grands crus classés. Elle appartient à Leoville Poyferre dont on remarque un certain nombre de barriques estampés dans les chais.

IMG_3748 - copie

Pour l’anecdote Chateau Le Crock  était éligible au classement des grands crus classés…le propriétaire du moment n’ayant pas poursuivi en ce sens, ca tomba à l’eau.

Je goutais le second vin: Château LA CROIX 2012

Nez sur les fruits , bouche fraiche, attaque fruité puis linéarité de l’ensemble par la suite . une finale verte mais sans excès.
En tout cas ici l’assemblage était dévoilé et ce que j’avais pronostiqué  se rapprochait de la réalité: 45 % Merlot 33 % Cabernet Sauvignon 22% Cabernet Franc

Château LE CROCK 2010

Ici plus placé dans l’élégance au nez, le visage fruité apparait ensuite. C’est un vin plaisant, fin, distingué, frais, mais toujours en puissance. L’assemblage confirme cela: 44 % Cabernet sauvignon 36% Merlot 13% Cabernet Franc 7 % Petit Verdot et elevé 18 mois en barriques . Le bois  n’est pas très présent cela doit s’expliquer par le faible pourcentage de barriques neuves ( 25 %)

C’etait plutôt bien 🙂

  • Je m’arretais ensuite à La ROSE BRANA.

Superficie 32 ha, sols argilo calcaires + graves , encépagement des vignes 50 % Merlot 50 % Cabernet Sauvignon.

Je goutais LA ROSE BRANA 2012 au nez floral très aromatique. La bouche était fraiche, fluide, fruité. La finale malheureusement se trouvait très verte. A revoir dans quelques années car l’attaque promet une belle et longue balade!

Je poursuivais avec LA ROSE BRANA 2011 avec un nez plus précieux . En bouche même remarque trop jeune mais tout de même agréable.

LA ROSE BRANA 2010 avait un petit quelque chose de plus dans le nez, ce que j’appelle « tourbe » et que je retrouve dans beaucoup de Saint-Estephe et quelques Médoc. Serait ce la particularité du sol argilo calcaire sur le cabernet sauvignon? La bouche commence de manière douce, le gout « tourbé » prenant le relais, basculant sur une finale très verte , acide, un peu fort pour une finale, un peu en contraste avec le début…il faut encore attendre.

LA ROSE BRANA 2009 emportait mes faveurs: un beau mélange floral, dans lequel on retrouvait au milieu de très beaux fruits s’harmonisant avec  cette fameuse touche « tourbée ».
Je trouvais dans ce vin un joli mariage, c’était toujours très puissant , mais ca fonctionnait superbement à mon sens, la finale offrant même un retour en bouche velouté des plus appréciables.

Pour finir je goutais LA ROSE ST ESTEPHE 2005 , qui est la cuvée prestige du château, vendu uniquement à maturité et en quantité très limité.
Le nez était sur la réglisse, le coté précieux est d’emblée présent, se mariant très rapidement avec les fruits . La bouche elle, est classique, avec un retour en bouche très aromatique des plus plaisants. Les tanins sont très asséchants, mais de très grandes qualité. Au final cet assèchement se calme progressivement et on en ressort rafraichi!  Magnifique! J’étais conquis!

IMG_3750 - copie

  • Je terminais ma virée au Château POMYS

Etaient présent également le Château St-Estephe cru bourgeois, j’ignorais qu’un château portait le nom de l’appellation. En tout cas j’eut l’occasion de bien le découvrir!

Je commençais avec le Château ST ESTPEHE 2006
Le nez était fruité, puis le « tourbé » apparaissait.
La bouche était très fondue, les fruits rouges murs de manière très prononcés explosaient , et puis tout ce mélange se régulait de lui même, pour retomber doucement. Je trouvais ca surprenant!

Le Château ST ESTEPHE 2007 avait un nez où l’on sentait la « tourbe » de manière plus prononcée. La bouche elle, était plus fruité que ce à quoi je m’attendais. On ressentait l’acidité, la finale verte des 2007 qui laisse présager une garde interessante.
Le Château ST ESTEPHE 2008 avait un « tourbé » moins expressif et une bouche fruité. Il était un peu moins virulent en ce qui concerne l’acidité.

Le Château ST ESTEPHE 2009 était dans la même veine, la bouche sur l’instant ne me parlait pas, mais je prefere ne rien dire de plus, ce serait à revoir.

Le Château ST ESTEPHE 2010 affichait clairement plus de complexité! La bouche était plus fluide, douce. C’était superbe .

Le CHATEAU ST ESTEPHE 2011 revenait sur la « tourbe » avec la complexité. C’était surprenant, il était deja agréable à boire, en tout cas plus facile que certaines années antérieures.

Le Château ST ESTEPHE 2012 lui était sur le « tourbé » ainsi que le fruit! Décidément il va falloir que j’arrive éclaircir ce gout de « tourbe »! C’etait assez agréable, bien réalisé, mais jeune.

Le Château ST ESTEPHE 2014 avait une couleur violette assez foncé. La bouche délivrait une belle acidité… difficile d’en dire plus sur le moment. en dehors que ca fonctionnait.

Je basculais sur le Château POMYS.

Le Château POMYS 2011 affichait comparativement plus d’élégance,donc de Cabernet Sauvignon et toujours ce petit gout « tourbé « typique.

Le Château POMYS 2012 était aussi très élégant, la « tourbe » prenant le relais. La bouche plus sur le Merlot, les fruits, mais un peu trop léger, si j’ose dire, car ce n’est pas un vin léger. La finale nous faisait revenir sur la réglisse… intéressant!

Le Château POMYS 2014 avait une couleur violette assez claire. Il était déjà gourmand, là aussi ce millésime semble prometteur.

Je terminais tranquillement ma journée en échangeant avec les propriétaires, véritable famille évoluant dans le milieu du vin Je prenais quelques bouteilles que le fils agé de 7 ans me préparait..la relève est en marche!

IMG_3761 - copie

Encore un joli moment passé. Merci!